Les Petits Détritus

J’ai la chance de pouvoir me promener régulièrement sur notre côte Atlantique, entre Lacanau et la Pointe du Cap Ferret, plages sauvages et d’une grande beauté.

Si l’été elles sont le terrain de prédilection des surfeurs et autres sirènes huilées, qui viennent profiter de ce coin de paradis, l’hiver est un tout autre spectacle, bien moins idyllique pour qui sait le voir.

Les fortes houles et les vents d’Ouest, déposent chaque jour, chaque nuit, un flot envahissant de détritus humains, provenant parfois de lieux lointains, mais souvent de la première station balnéaire voisine, ou du bateau qui croise à deux miles de la côte.

Plastiques, verres, vêtements, outils, et bien d’autres matériaux, viennent joncher méthodiquement ces plages, en ne laissant pas 10m2 de sable immaculé.

 

Ce sont des objets du quotidien, que tout le monde utilise, et qui sont loin des catastrophes naturelles industrielles dont tout le monde parle.

Une pollution sournoise, faite de petits gestes anodins, une bouteille jetée, un pot de glace posé au mauvais endroit, un flacon de cosmétique oublié, une chaussure usée délaissée, un bac à poisson cassé et jeté par-dessus bord….bref, une pollution faite de tout petit rien, de gestes sans gravité apparente, mais qui se répètent et finissent par créer une pollution de grande ampleur, une pollution domestique dont personne ne parle..

Et puis arrive le Printemps et la promesse d’une belle saison pour les stations balnéaires, il faut nettoyer ces kilomètres de plages pour redonner à ces sites leur saveur sauvage et exotique. Alors les collectivités déploient des millions d’euros à grands coups de tracteurs et autres engins pour débarrasser le sable de ces objets du quotidien, et rendre à ces lieux les apparences prometteuses d’un bel été.

Mais il est trop tard car l’immense majorité des déchets a déjà été recouverte et ensevelie par les tempête de vent successives, et ressortira dans quelques années au fil des mouvements du sable et de la dune.

Les conséquences pour l’environnement sont sévères, et durables, et posent la question évidente de notre empreinte individuelle au quotidien, sur cet environnement fragilisé.

En tant qu’artiste photographe j’ai souhaité montrer cette pollution qui n’est visible que par les rares personnes qui se promène sur l’estran l’hiver, en publiant ces photos de détritus. J’ai choisi de réaliser ces photos en superposant l’objet polluant et son environnement immédiat. Ainsi les images peuvent laisser imaginer que la nature reprend son droit, mais que l’empreinte humaine restera à jamais…Le traitement colorimétrique flatteur, permettra peut-être aussi de pouvoir regarder nos déchets sans tourner la tête !

Le but est aussi de se poser la question du comment se nourrir, comment s’habiller, comment se soigner en essayant de minimiser notre trace sur l’environnement.

Ces photos ont été prises sur les plages du Porge(33) au mois de Mars 2016 et 2018.

 

 

 

Indiscreet views

Ombrelles et Ballons

« Ombrelles et Ballons » est le fruit d’un cheminement artistique « zen », d’une pensée douce, qui a pour but la création de tableaux faciles à regarder, et où chacun pourra s’inventer son rêve. Il n’y a pas de réalité dans ces photos, pas d’actualité, et encore moins de message. Elles sont intemporelles, sans prétentions, sinon celle de générer du plaisir, de la douceur et peut-être un brin de poésie.C’est une façon de regarder le monde sans le documenter.

J’ai créé cette série photographique en 3 étapes. La 1ere se résumant à des images minimalistes de bord de plage, le matin tôt afin de jouer avec les lumières rasantes du soleil levant. J’ai ensuite refait ces photos en intégrant un élément fort à ces images : un personnage. J’ai choisi des femmes, a qui j’ai demandé simplement de se positionner en des points clefs du cadrage des images. La dernière évolution de ces photos, a consisté à rajouter des ballons et des ombrelles.

In-finé, ces photos sont à lire et à regarder comme des tableaux. Elles ont un rapport avec l’espace simple, et évident. L’essentiel est là, rien de superflu. Les modèles, les ballons et les ombrelles supportent tout le poids de la photo, mais leur rapport avec les lignes, les points et les autres éléments de composition comme les reflets, créent un ensemble esthétique, ou l’on se sent visuellement à son aise.

Les couleurs jouent un rôle prépondérant et les assemblages de teintes complémentaires comme les bleus, blancs et roses révèlent des ambiances douces, rassurantes et attirantes.

Enfin les cadrages carrés, me permettent une plus grande aisance dans les choix de composition.

Merci à Sophie, Emily et Sandra pour leur participation.

Generally speaking, I like produce photos that simply aim to create pictures in which spectators will be able to rest, to feel at ease, without having to think about a potential message. I like the idea that one can dive into my photos without any preconception, only out of greed, and that they feel a sense of well-being and poetry. « Umbrellas and balloons » is the fruit of a « zen » artistic thought process, a soft reflection, that aims to create scenes that are easy to look at, where everyone can make up their own dream. There is no reality in these photos, nor link with current affairs, and even less no message. They are timeless, without pretentiousness but the one of generating pleasure, softness with maybe a touch of poetry, or a way to see the world without documenting it. I created this photo series in three steps. The first consists in minimalistic seaside images, early in the morning, in order to play with the lights of rising sun. I then re-took these photos adding one strong elements to the pictures: a character. I chose women, whom I simply ask to stand in key points of the frame. The last evolution of these photos consisted in adding balloons and umbrellas. To conclude, these photos have to be read and watched like paintings. They have a simple and evident relationship with space. The essential is there, nothing is unnecessary. The models, the balloons and the umbrellas all bear the weight of the picture, but their connection with lines, spots and other components of the composition create an aesthetic ensemble, where we feel visually at ease. Colours play a vital role and the assembly of complementary shades like blue, white and pink reveals soft, reassuring and appealing atmospheres. Finally, the squared frames give me more ease for the choice of my compositions. To be enjoyed, simply.

Many thanks to Sophie,Emily et Sandra for your active involvement.

 

 

Les couleurs de Noirmoutier

 

En noir et blanc

 

Danse

_S4B6159_S4B6097_S4B6110_S4B6151_S4B6139bis_S4B6217_S4B6090_S4B6220_S4B6223_S4B6339_S4B6219_S4B6296_S4B6194

Lapland

trees07trees11trees12trees06trees05trees01_S4B3097trees08trees04trees02trees03trees10_S4B2897bisIMG_0985_S4B2897trees09_S4B2482_S4B2518essai_S4B2676Sans titre-12222

%d blogueurs aiment cette page :